mercredi 22 mars 2017

Soldier Of Love




19/03/17 - Agen


   Un nouveau look shooté par Lia sur la passerelle de la gare d'Agen, dont les tons kaki rappellent ma nouvelle jupe en daim Zaful. Gardant en tête que je serai potentiellement enseignante l'an prochain, j'essaie de choisir des pièces que je pourrai porter face aux élèves, et cette jupe a la longueur et la coupe idéale: pas trop courte et évasée.

Je l'ai mariée avec une chemise sobre, et pour réveiller un peu l'ensemble, j'ai ajouté une ceinture ornée (mais elle glisse, je ne l'ai vu qu'une fois les photos faites) et des collants fleuris.

Que pensez-vous de cette tenue pré-printanière ? 


Keeping in mind that I possibly will be a teacher next year, I'm trying to choose more appropriate clothes to wear, like this khaki suede skirt I've picked on Zaful.
Its lenght and flare cut make it a classy basic.

I've paired it with a tiny print shirt, and to enlighten this sober look, I've added this belt and floral tights . 

How do you like this pre-Spring look ? 




Shirt - vintage 
Necklace - Trafic
Belt - Pimkie
Tights - Calzedonia 
Shoes - Pull & Bear 


xxx

dimanche 19 mars 2017

Caroline




09/03/17 - Agen


   Comme promis, voici les portraits de la belle Caroline que j'ai réalisés avec son appareil photo. N'est-elle pas craquante avec ses boucles brunes et son air mutin ?

J'adore le sweat oversize jaune pastel qu'elle porte, tellement 80's

J'espère pouvoir vous montrer plus de photos de mes amies, en espérant que cela vous plaise de voir de nouvelles têtes sur ce blog : )






XOXO

jeudi 16 mars 2017

American Psycho


Talking Heads - Psycho Killer


   Aujourd'hui, je souhaiterais partager avec vous ma découverte du roman American Psycho, de Bret Easton Ellis, et de son adaptation au cinéma. 

Avez-vous lu le livre ou vu le film qui en est tiré ? J'espère que vous trouverez cet article intéressant, j'attends vos avis ! 

   Dans le cadre d'une grande réformation de moi-même, et certainement pour compenser mes lacunes en maths et en histoire (après trois ans de licence à étudier l'Histoire des Etats-Unis, je suis toujours incapable de retenir la date de leur déclaration d'Indépendance - une rapide recherche sur Google m'indique que j'étais à un an près), j'ai décidé d'étendre ma culture générale (sans aucun doute actuellement proche du néant), et ce par le biais du cinéma et de la littérature, en m'intéressant à des œuvres reconnues. 

Et aussi parce que j'adore le cinéma et la littérature - deux arts que j'ai délaissé bien trop longtemps pour internet. 

C'est donc ainsi que je me suis mise à lire American Psycho, l'un des livres les plus vendus aux Etats-Unis (ce qui ne veut pas dire chef d'œuvre). 
Le roman relate les monotones et sanglantes tribulations d'un riche jeune homme, Patrick Bateman, vivant à New York dans les années 80, à la première personne. Monotones, car le faste du luxe et du consumérisme s'avère bien souvent d'un ennui mortel pour celui qui nage en plein dedans mais aussi pour celui qui le lit. Sanglantes, car le narrateur est en fait un tueur en série

Quand j'ai commencé à lire le livre, j'ai eu beaucoup de mal à rentrer dans le récit, à cause des interminables descriptions faites à propos des tenues des personnages, de l'ameublement des pièces, des soins du visage et d'autres détails insignifiants de la vie de Bateman. Il faut bien entendu y voir ici une satire du matérialisme régissant la société américaine, cependant on peut se demander ce qu'apportent réellement ces passages, presque publicitaires, car ils sont tellement imbuvables que j'ai fini par ne plus les lire. 


Passé les premiers chapitres (ils sont courts et nombreux), on commence à comprendre la psychologie du narrateur. Ce dernier prend un malin plaisir à dénoncer l'absence de communication entre ses pairs en leur confessant ses pulsions meurtrières qu'ils n'entendent pas, n'écoutent pas. 
C'est alors que sont décrites les premières scènes de crime - et à partir de là, elles deviennent de plus en plus fréquentes, cruelles et détaillées. Des scènes de sexe tout aussi explicites s'ajoutent au récit, se mêlant progressivement à la torture et à l'horreur
En parallèle, le protagoniste poursuit son train de vie impunément.

Arrivée à ce stade du roman, je me suis retrouvée habitée par une curiosité morbide et malsaine d'en lire plus mais aussi et surtout par un désir d'obtenir des réponses (pourquoi commet-il tous ces meurtres ?!) et de voir l'assassin puni.

Je ne vous en révèle pas plus sur la fin du roman, mais je vous livre tout de même mon interprétation (ne lisez pas ça si vous souhaitez découvrir le roman sans influence extérieure): les crimes du narrateur ne sont que le fruit de son imagination, et sa folie grandissante en est la preuve. 
Et si j'ai choisi cette interprétation, c'est tout simplement que j'étais trop horrifiée par les scènes de torture, dont les détails insoutenables résonnaient en moi, pour accepter qu'ils aient eu lieu, même dans la fiction, haha.

Christian Bale dans American Psycho, Mary Harron, 2000. U.S.


Alors que nous échangions sur American Psycho, mon copain m'a fait part de ce commentaire de David Foster Wallace qui visiblement n'appréciait pas les talents d'écrivain d'Ellis puisqu'il lui reproche d'entretenir le consumérisme qu'il dénonce, en ne proposant aucune alternative. Il ironise, imaginant ce que pourrait dire un lecteur au sujet de ce roman:

“Golly, what a mordantly effective commentary on contemporary materialism!” But we already “know” U.S. culture is materialistic. This diagnosis can be done in about two lines."

«"Voilà un commentaire terriblement mordant et efficace sur le matérialisme contemporain !" Mais nous sommes déjà au courant que la culture américaine est matérialiste. Le diagnostic peut être fait en deux lignes.»   

Cette citation nous a fait rire, car il est vrai, comme je vous le disais, que les passages décrivant tout le matérialisme qui entoure le personnage sont très ennuyeux et servent peu le récit.
Cependant, là où l'auteur réussi, selon moi, c'est qu'il ne captive pas non pas ses lecteurs par la dénonciation du matérialisme, mais par des scènes choquantes et faisant appel aux instincts primaires de l'homme. Concrètement, quand on lit American Psycho, c'est pour l'histoire du serial killer plus que pour le reste, et  on se sent honteux d'éprouver un certain plaisir à lire ces scènes de sang et de sexe.

Au final, Ellis, en manipulant ses lecteurs, en titillant leur curiosité, aussi pernicieuse soit-elle, dénonce avant tout le manque d'humanisme de la société. A travers ce personnage détestable pour qui seul l'argent et les possessions comptent, il dépeint une société torturée entre quête de pouvoir, de domination, de violence et une quête plus intime, plus enfouie, du bonheur dans toute sa simplicité, sur laquelle Wall Street n'a aucune influence.

J'ai trouvé cette lecture très intéressante, propice à réflexion et à interprétion, et distrayante de par son côté "thriller" qu'on pourrait qualifier... de mordant ;)


Pour conclure cet article, j'aimerais vous présenter brièvement l'adaptation cinématographique de American Psycho, réalisée par Mary Harron en 2000.

Ayant lu le livre avant de voir le film... j'ai été déçue. Je suppose que j'aurais plus apprécié le film en l'ayant vu avant, mais cela aurait dénaturé ma lecture et finalement, j'ai pensé que c'était peut-être ainsi qu'on déterminait si une adaptation était bonne ou pas: en la regardant après.
Je sais qu'on ne juge pas une adaptation selon sa fidélité au scénario original, mais cela reste pour moi un critère important, je trouve cela très perturbant quand les événements de la fiction sont mélangés entre eux. De plus, je n'ai pas ressenti dans le film l'atmosphère de plus en plus lourde et l'évolution de la psychologie du personnage que j'ai trouvées importantes dans le livre.

L'entrée dans le vif de l'histoire est très rapide et abrupt, je l'ai trouvée assez maladroite, et j'aurais aimé retrouver cette lente progression présente dans le livre avant d'assister aux scènes sanglantes.

J'ai bien aimé le choix de l'acteur principal, il a cet air sarcastique propre au personnage du roman.
En somme, ce n'est pas le pire film que j'ai vu, je pense qu'il est plutôt distrayant surtout si on n'a pas lu le livre dont il est tiré.

xxx


lundi 13 mars 2017

Life Is A Traffic Jam


09/03/16 - Agen


   La semaine dernière, en une belle journée de printemps, mon amie Caroline m'a pris en photo pour vous montrer cette petite robe en dentelle noire - je vous l'avais présentée dans ma wishlist Zaful
Le fait qu'elle soit courte et près du corps est contrebalancé par les manches évasées et le col haut, ainsi je n'hésiterai pas à la porter en soirée mais aussi au quotidien, comme un haut, rentré dans un pantalon par exemple (ou une autre minijupe, mouahaha). 

J'ai aussi réalisé des portraits de Caroline ce jour là, que je vous montrerai dans un prochain article. Elle avait pris son appareil photo qui est de meilleure qualité que le mien - et qui me donne envie d'investir bientôt ! ; )

Qu'en pensez-vous ?♥


   Last week my friend Caroline took her camera to picture this brand new black lace dress I'm wearing and got from Zaful - you've actually seen it in my wishlist
I like the fact that its short and skin tight cut is offset by the flare sleeves and "turtleneck" collar (I don't know how you call a simple "high" collar). This way, I can wear the dress for parties as well as in daily outfits, pulled in trousers for example.

I also took portraits of the lovely Caroline which I will show you later.

What do you think about this dress and the pictures ? ♥



Shoes - Pull & Bear 



Bisous bisous !

vendredi 10 mars 2017

Mile End & Mont Royal




27/12/16 - Montréal, Mont Royal 


   Voici enfin la dernière partie de mes photos rapportées de Montréal, où j'ai passé mes vacances de Noël avec mon copain (qui n'a pas envie d'avoir ses photos sur internet, au cas où vous vous demanderiez pourquoi il n'apparaît jamais sur ce blog) ;) 

A la fin de notre séjour, nous sommes moins sortis et avons profité du confort de notre appartement pour regarder des films, fêter Noël et regarder la neige tomber par la fenêtre (pour mon plus grand plaisir !). 

Cependant, nous sommes tout de même allés rendre visite aux écureuils peu craintifs du Parc La Fontaine (qui était entièrement couvert de neige et de glace) et nous avons visité le chouette quartier de Mile End (où l'on mange de très bons bagels), où je voulais voir la superbe Eglise St Michael (qui ressemble à une mosquée), et comme il faisait excessivement froid, nous nous sommes réfugiés dans un restaurant pour déjeuner. 

Le dernier jour, nous nous sommes rendus à Mont Royal, immense parc qui surplombe la ville et offre un panorama à ne pas rater ! Là encore, nous avons été surpris par le vent glacial alors nous avons rejoint le centre ville pour prendre un goûter absolument génial: une fondue de chocolat aux fruits, accompagnée de gaufres (et de toute façon, toutes les excuses sont bonnes quand il s'agit de manger, hehe). 

En bref, même si je n'ai pas été totalement séduite par Montréal (sans doute à cause du froid, des journées raccourcies par l'hiver et d'un budget trop serré), j'ai passé de fabuleux moments et nous avons bien profité de cette pause hivernale !♥


I'm sharing with you the last pictures brought back from my trip to Montreal, where I had come with my boyfriend for the Christmas Holidays.

After a few days spent walking and visiting the city, we took a break at our appartment and stayed home for Christmas, and after that, we just went to Mile End, where I wanted to see the beautiful St Michael Church and which is the place to eat bagels.  

We ended our journey on the top of Mont Royal, a giant park from where you can see the whole city. Such great memories, in spite of the cold♥



Déjeuner à l'américaine chez B&M.

 Notre pause gourmande chez Cacao 70
Une très bonne découverte: Pizzédélic.


Bisous bisous !

mardi 7 mars 2017

She Was Lola In Slacks




10/12/16


   Un look un peu différent de d'habitude puisque je porte... un pantalon d'homme
J'avais récupéré ce pantalon il y a plusieurs mois chez ma tante, et je ne l'avais jamais porté depuis, pensant que je n'avais pas les chaussures adéquates. Il est impensable pour moi de porter un pantalon large avec des chaussures plates, je ne me sentirais pas du tout à l'aise - alors faute d'avoir une belle paire d'escarpins, je me suis résolue à mettre mes compensées qui finalement ne vont pas si mal avec.

Je l'ai donc associé à ce pull à paillettes aussi déniché dans les placards de ma tante, que je ne pouvais porter sans une chemise à col en dessous, pour le détail preppy. Enfin, j'ai assorti à mon rouge à lèvre cette paire de lunettes délicieusement glamour, pour réveiller un peu cet ensemble gris et noir.
Et pour être honnête, je me sentais incroyablement confiante et féminine dans cette tenue !

Qu'en pensez-vous ? Avez-vous déjà osé cette coupe de pantalon ?


Today I'm showing you a different kind of style with these very masculine trousers
I got it from my aunt, so as this glitter sweater, and didn't know which shoes to wear it with (I can't imagine wearing this kind of pants with flats), so I finally tried it with my wedges and thought it actually looked good. 

I've added a collar shirt and sheer dotted socks for the preppy touch, red lipstick and sunglasses to glamourise it a bit.
To be honest, I've never felt so confident and feminine in one outfit. 

So how do you like this style ? Did you ever wear this kind of trousers ?



Glittering sweater - vintage
Trousers - vintage
Wedges - André

Bisous bisous !