lundi 25 juillet 2016

About Sharing




   Régulièrement je remets en question mon activité sur ce blog et les réseaux sociaux, c'est-à-dire le partage. Le partage d'informations et d'images plus ou moins personnelles à l'adresse d'un public allant de mes proches à de parfaits inconnus.
L'adage "vivons heureux vivons cachés" semble moins de vigueur dans notre société (et plus particulièrement ma génération et ses héritiers) où Facebook & Instagram ont pris notre vie d'assaut. 
On peut se demander pourquoi un tel besoin d'étaler sa vie à des gens qui n'en font pas forcément partie ?

© Anaïs D. 

   J'ai souvent l'impression que si je n'immortalise pas un moment par une photo, ce moment est perdu à jamais, et il n'en existe aucune trace autre que dans ma mémoire. Prendre une photo lui donne une existence presque concrète. On capture bien plus souvent les moments joyeux de notre vie, et ce besoin de les partager répond à cette peur de le perdre. 
Partager, c'est redonner vie à un moment passé, ou prolonger le sentiment émanant de cet événement. On se sent satisfait de voir que d'autres personnes, qui au final n'en ont rien à faire, apprécient ce partage de souvenir. Tout comme on aime se remémorer des moments heureux, ou parler d'un futur prometteur, le partage virtuel nous permet d'adresser un sentiment aux gens sans leur imposer, car contrairement à une situation réelle, face à un écran, le récepteur de notre partager choisit d'y prêter attention ou pas. 

En bref, partager reviendrait à figer le bonheur ou la beauté, à le faire revivre pour en atténuer la fugacité. Le partage internet, ou la poésie romantique 2.0.

Je me rends compte que tenir ce blog m'aide à accepter le cours de la vie, à accepter le fait que je vieillis et que je change inévitablement. Car j'arrive à figer des moments et à les faire revivre à l'infini au travers de mes photos et articles.
De plus, je me sens plus ou moins comprise par mes lecteurs, car si dans la vraie vie je ne passe pas mon temps à parler de mode, c'est appréciable de se sentir libre de parler d'un sujet qui nous intéresse, aussi futile soit-il.
Enfin, le fait de pouvoir m'exprimer sur des sujets plus personnels ou sociaux, comme celui-ci, est très libérateur. Lorsque j'ai publié un article sur le narcissisme récemment, j'étais loin d'imaginer que je recevrai autant de retours. Je doutais vraiment de ma capacité à intéresser des personnes sur un sujet aussi sincère, et je craignais aussi le jugement.
Mais quand j'ai lu tous les messages reçus, autant de filles que de garçons, de personnes qui se reconnaissaient ou qui comprenaient mon point de vue, cela m'a énormément touché, et m'a fait un bien fou. J'avais libéré des mots qui me pesaient sur le cœur.

J'ai toujours passé beaucoup de temps à écrire, et j'ai envie de continuer en portant ma réflexion sur des sujets qui me passionnent, qui me dérangent ou qui m'interloquent, et ainsi confronter mes pensées avec d'autres, qui divergent (ou pas) des miennes, pour prendre du recul, évoluer, grandir.

Je veux continuer à partager des bribes de ma vie, parce que cela me rassure et malgré tout, cela m'apporte un peu plus de bonheur au quotidien.

J'espère que cet article vous aura plu, n'hésitez pas à partager votre avis... sur le partage virtuel (jolie mise en abyme) ; )

© Clémence Leclerc

   I often have the feeling that if I don't take a picture of a certain moment of my life, this moment is lost forever. It's all the same with sharing informations on the social networks. 
Quite often I wonder why do I feel the need to share so much about myself, with people who aren't even part of my life. 
I came to realize it really was a way to immortalize and bring back these moments to life again and again. Because when you post pictures of a positive event, you're happy to see other people paying attention to it and "liking" it, as if you were experiencing this moment and all the feelings associated to it again. Just as someone would recall good memories or think about a promising future - it's a way to remember what makes you happy, what gives your life a sense.
To a greater extent, this blog helps me to accept the fact that time is running out, that I'm getting older and that change is inevitable - still dreadful thoughts to me. By sharing parts of my life, I make their memories concrete, I give them an existence out of the course of time. 

To make it short, sharing soften the transience of life or beauty - just like what romantic poets were trying to do through their writings. Yes, Facebook is the new face of romantic poetry ; ) 

I've been writing for myself since I'm a kid, but I already had this will to share my thoughts, and I now I have the opportunity to write about what I like on my blog, to show pictures of my life and my world. And as sad as it can appear, my self-confidence has been built partly through the social networks

When I wrote about narcissism a few months ago, I was astonished by the number of people who reacted to it. I was expecting this post to remain invisible, because it was not directly related to fashion and because it was only words, not pictures. I also feared being judged, but instead of that, people recognized themselves in what I explained, they even felt reassured to read about such a sincere and private subject.
I felt liberated after I shared these thoughts, because I felt heard, and understood

So I want to keep on sharing my point of view about social or personal subjects, confronting it to others because I truly think it helps me grow, and be happy

What's your opinion about sharing on social platforms ? 
I hope you liked this post, please share your thoughts about sharing (nice mise en abyme), I'll be glad to read your replies !


XXX


vendredi 22 juillet 2016

Aviator Girl




13/01/16
   

   Third and last part of my series with Vincent. He lent me his aviator coat - which is by the way a very nice outerwear to stay warm and dapper - and I love the result, a bit different from what I'm used to wearing, but definitely matching the 7O's atmosphere we tried to inspire to this photoshoot. 

How do you like the result ? 


 Troisième et dernière partie de ma séance avec Vincent. Il portait ce blouson d'aviateur lorsque nous nous sommes retrouvés, et j'étais ravie qu'il me propose de le porter pour quelques photos. C'est une très belle pièce, idéale pour tenir chaud et rester élégant ;) Le résultat est assez différent de ce que j'ai l'habitude de vous montrer, mais c'est en parfait accord avec l'atmosphère années 70 que l'on voulait insuffler à cette séance. 

Alors, qu'en-pensez-vous ? 








xxx

mardi 19 juillet 2016

It's A Cold World




15/07/16 - Bordeaux


   Hello ! Un petit article pour vous montrer cette petite robe à fleurs dénichée pendant les soldes. Il fait une chaleur étouffante à Bordeaux en ce moment (j'avais même pris des coups de soleil ce jour là), mais que c'est bon d'être en été ! 
Je n'ai pas l'habitude de porter des robes coupées pareillement, ce n'est pas forcément ce qui me sied le mieux (surtout sans soutien-gorge je nage un peu dedans hihi) mais c'est tellement agréable à porter quand il fait 37°C ! 


   Hi dears, just a short post to show you this little floral dress I've found during the sales. It's not the usual fitting I'm used to but it's so comfortable to wear when the weather's hot as hell. 


 

Dress - Pull & Bear
Chaussures - Topshop

XOXO

vendredi 15 juillet 2016

The Writing Desk




28/06/16 - Bordeaux


   Il y a quelques semaines j'ai retrouvé le jeune photographe Charlie pour une courte séance à l'argentique. Connaissant bien son univers toujours rétro et délicat, j'ai tout de suite pensé à cette jupe que je venais d'acheter en friperie. 

Son tissu m'évoquait les motifs provençaux ou les costumes russes (je crois, hum), et si je n'aurais jamais imaginé porter un vêtement aussi folklorique, j'ai eu un réel coup de cœur dès que je l'ai vue. Sa coupe cintrée à la taille et rigide en bas tombe parfaitement, et portée avec un tee-shirt simple, elle devient une pièce portable au quotidien. Enfin, pour rappeler les ornements de la jupe, j'ai ajouté ce collier plastron offert par mon amie Laura (merci encore♥). 

Petite surprise, Charlie est arrivé avec une ancienne machine à écrire qui appartenait à son grand-père reporter, et cet accessoire se prêtait très bien au lieu puisque nous avions décidé de shooter dans la très belle faculté de la Victoire, à Bordeaux. 

Alors, cette jupe vous fait-elle de l'effet ou pas du tout ? 
Si vous aimez cette série, je vous invite à découvrir le travail de Charlie sur sa page Walden, ainsi que ses créations de matériel photographique pour les amoureux de vintage et de belles matières. 


A few weeks ago I've met a young photographer named Charlie, for a photoshoot with his analog camera. As I know his retro and delicate style quite well, I thought about this skirt I had just bought in a thrift shop. 

Its fabric reminds me of Russian or Provençal traditional clothes. I must confess that I would never have thought of dressing in such a folk style, but when I saw the skirt I had an instant crush
I love its fitted cut, and paired with a basic white tee, it turns into a perfectly casual piece of cloth. 

Charlie brought up a little surprise: this old writing desk which belonged to his grandfather. This item was ideal for the location of our pictures, since we had decided to go into the old and beautiful university's building.

So, how do you like the skirt ? 
If you want to discover more of Charlie's work, have a look at his page: Walden







Top - Trafic
Necklace - Gift from Laura♥
Brogues - H&M

xxx

mardi 12 juillet 2016

Fresh As A Mayflower




20/06/16 - Bordeaux


   Hey ! Cela faisait un sacré moment que je ne m'étais pas bouclé les cheveux (parce que ça me prend une heure, mèche par mèche - mais ça dure trois jours) alors pour fêter ça je me suis revêtue de ma "jupe de Noël" dont j'ai décliné le côté chic avec une tenue plus urbaine et décontractée. J'aime beaucoup porter mes collants coutures (qui se sont déjà filés mais chut) avec l'insolence des Dr. Martens
Enfin, mon collier triangles choisi sur Rings & Tings apporte la touche de noir et doré idéale pour compléter ce look.

On me fait souvent remarquer que je prends mes photos devant des murs, et cet article est une bonne illustration de la raison toute simple pour laquelle j'ai cette habitude: la tenue se dégage mieux sur un fond lisse et uni, et avec mon petit appareil photo, je maîtrise mieux la lumière et la mise au point avec un fond simple. 

Voilà tout, n'hésitez pas à me dire ce que vous pensez de cette association. 


Hi there ! It had been a while since I hadn't curled my hair, so, to celebrate this little eccentricity I put on my "Christmas skirt" and wore it in a more casual and urban way. I love to mix my already laddered seam tights with insolent Dr. Martens. 
Finally, my triangle necklace from Rings & Tings adds the perfect gold and black touch to this urban chic outfit. 

So, how do you like this attire?








"Tu cadres de là à là ok ?" Merci Laurielle.

Army cardigan - CNDirect
Tee-shirt - Trafic
Skirt - Dresslink
Necklace - Rings & Tings
Seam tights - Calzedonia
Floral boots - Dr. Martens

xoxo


vendredi 8 juillet 2016

June Melodrama







Extrait de mon journal intime, ou le mélodrame de ma vie:


"03/07/16 - 9:30 - Dans le train pour Bordeaux

   Cher journal, une nouvelle est venue ruiner mes plans de façon assez brutale et soudaine. Une possibilité que je refusais d'imaginer. Une erreur de calcul à laquelle je n'avais pas laissé lieu d'être. J'aurais du être contente de recevoir une réponse favorable à ma demande d'admission en master. Après tant d'années à passer les étapes sans travailler, j'avais pour une fois récolté le fruit de véritables efforts.

En arrivant à Bordeaux j'ai laissé derrière moi un flot de souvenirs ancrés dans ma ville natale, Pau. J'ai fait du négatif une force et du positif ma paix intérieure. Et si j'étais loin d'imaginer qu'un élément viendrait mettre à sang ma paix intérieure, Bordeaux m'a accueilli dans sa douceur, sa beauté - et il est sans doute difficile d'imaginer que l'on puisse s'attacher autant à une ville, mais Bordeaux m'a vu pleurer, hurler, souffrir, espérer, libérer mon passé qui était parfois trop lourd et m'empêchait d'avancer. Bordeaux m'a aidé à sortir de cette guerre contre moi-même, et Bordeaux m'a vu grandir

Cela fait maintenant plus d'un an que j'ai cessé de pleurer tous les soirs en pensant à toi. Un an que j'ai ouvert les yeux sur mon avenir. 

En quittant Bordeaux je dois abandonner toutes les personnes qui m'ont accompagnées durant toutes ces étapes. Et je dois achever un chapitre de ma vie. 

En acceptant de rencontrer une nouvelle ville j'accepte de faire un pas de plus vers ma vie adulte

Bordeaux m'a bercé de toute sa bienveillance, et je dois maintenant lâcher cette main protectrice pour tâcher de construire mon avenir toute seule. 

J'ai lâchement accepté la facilité, et je me sens pourtant si courageuse. J'ai beaucoup pleuré et je pleure encore dans ce train qui me ramène de Paris à Bordeaux.

Et si le monstre noir revient me hanter ?
Et si je n'ai plus envie d'être mature et courageuse ? 

Bordeaux m'a apaisé de ce doux fourmillement des métropoles. La vie, les lumières, les commerces, les tramways, les bars, les sirènes de police, la foule...

J'ai besoin de la ville.

Et pourtant, sur la balance des pour et contre, il y a un argument favorable à mon départ. Il pèse plus lourd que tous les contre réunis: mon avenir

Je pense que c'est à peu près tout ce qui a traversé mon esprit en cette journée où les réponses d'admission en master nous ont été envoyées. 

Le désespoir, la tristesse, la colère, le doute, la raison. Relativiser

Se dire qu'Agen, c'est pas si loin.
Entendre toute ta famille te parler de pruneaux. Entendre ton cousin dire qu'il y a passé les pires années de sa vie. Entendre tout Paris demander "euh c'est où en fait ?". Passer la soirée à lire la page Wikipédia de la ville et ne rien lire d'intéressant. Visiter la ville avec Street View. Taper "Zara Agen" sur Google et tomber sur "Zara Bordeaux". Pleurer parce qu'il n'y a pas de Zara. Te dire qu'Agen c'est vraiment pire que ce que tu pensais. Rire nerveusement. Regarder le prix des loyers et remercier Dieu pour le shopping en ligne. 
Penser à Maïssa, à Ninon. Pleurer à nouveau. 


Bordeaux, je reviendrai."


Si vous avez eu la foi de lire mon récit des plus tragiques (je suis très théâtrale quand j'écris dans mon journal, hehe)  jusqu'au bout, tout d'abord, merci ;)

Comme vous le savez, j'ai donc validé ma licence et ai postulé pour un master. Je m'attendais à être prise à Pau dans le pire des cas, et je n'avais pas envisagé Agen. J'avais même juré que je ne mettrai jamais les pieds là-bas.
Sauf que mes efforts pour travailler cette année n'ont pas réussi à rattrapé mon dossier minable d'élève moyenne, voire mauvaise.

C'est donc pour un an au moins que je pars vivre dans cette ville sans Zara, où je n'aurai aucune tentation pour me distraire de mes études (euh, internet quand même ?) mais où les loyers sont tellement bas que je pourrai au moins essayer de renflouer mon dressing (pour mon bien psychologique et le bien de ce blog).

N'hésitez pas à me raconter vos traumas avec la ville d'Agen, vos bonnes ou mauvaises nouvelles concernant vos études ou autre - j'espère que vous allez tous bien, et je vous souhaite un très bel été à tous ! ♥


13/06/16 - Bordeaux
Mon amie Johana est passée me faire un coucou et j'en ai profité pour lui offrir ce bracelet éclair que j'avais choisi sur Rings & Tings et qui était trop grand pour moi. 

Dans ma rue. 

 Séance photo dans une demeure magnifique, avec David derrière l'objectif et les créations de Karine mises en scène.
Johana m'avait fait un superbe smokey, et Mylene a réalisé cette coiffure crantée.

 Ma petite tête après la séance. 

14/06/16 - Délicieux et joli goûter au Kokomo Café


16/06/16 - Départ de Bordeaux en car à 22h.

17/06/16 - Arrivée à Paris à 6h.
Petit-déjeuner au Starbucks & déjeuner au Tape Bar



 19/06/16 - Lacanau Océan
 Dimanche en famille pour fêter l'anniversaire de ma maman.



22/06/16 - Au Pain Quotidien, Bordeaux
Goûter avec ma grande sœur Dorothée et sa fille Maïssa


27/06/16 - Paris


 28/06/16 - Paris


30/07/16 - Parc Floral de Paris, Vincennes.
Retrouvailles et shooting (à venir) avec Sybille ! ♥


Bisous bisous !